fbpx

Parlez anglais comme les Italiens parlent l’italien.

C’est ce que suggère Guiliana Salvato professeure d’italien et de secondes langues dans son livre Looking Beyond Words: Gestures in the Pedagogy of Second Languages in Multilingual Canada. Elle insiste sur l’importance de la gestuelle pour la mise en place d’un apprentissage de langue efficace. Elle suggère aux professeurs d’utiliser des gestes pour clarifier des concepts, captiver l’attention des étudiants et rendre les classes plus dynamiques et vivantes. Elle prône également que pour un apprenant les gestes aident à transmettre des idées pour la performance d’une tâche.

 

 

Son livre est construit sur de nombreuses études qui présentent la gestuelle comme un élément essentiel pour acquérir une nouvelle langue. Elle affirme que le langage non verbal « améliore les résultats d’apprentissage ».

 

D’innombrables études soutiennent l’idée que la gestuelle aide à apprendre les langues étrangères.

 

Dans leur rapport, Gestures Enhance Foreign Language Learning, des savants, Macedonia et Kriegstein critiquent le concept auquel les mots étrangers accompagnés par des gestes mènent à une mémorisation plus aisée.

Ils expliquent que bien avant le 18e siècle, on remarquait que les locuteurs natifs expliquaient souvent du vocabulaire aux enfants en utilisant des images et un geste pour définir l’objet. Par exemple en apprenant le mot piano à un enfant, on mimait les doigts jouant sur un piano imaginaire.

 

 

Dans son rapport, Bringing Back The Body Into The Mind: Gestures Enhance Word Learning In Foreign Language, Macedonia mentionne une étude réalisée par Asher en 1969 dans laquelle il est fermement cité la mémorisation des phrases comme « ferme la porte » était superbement améliorée si les apprenants réalisent l’action en disant la phrase. Elle cite des études plus poussées réalisées par Zimmer et Quinn-Allen, qui prônent toutes que les gestes améliorent la mémoire des mots et des phrases et aident l’étudiant à ne pas omettre du vocabulaire fraîchement acquis.

Dans son rapport de 2008, The Effect Of Gestures On Second Language Memorisation By Young Children, Tellier expliquait les résultats d’une expérience pertinente qui visait à comprendre la façon, dont le vocabulaire, à l’aide de la gestuelle est assimilé par les jeunes enfants. On enseignait à une moitié du groupe avec l’aide des images et à l’autre moitié avec la gestuelle. Le groupe qui avait été enseigné avec la gestuelle était capable de mémoriser remarquablement plus que le vocabulaire abordé.  Tellier conclut lorsque des gestes sont reproduits, ils n’agissent pas seulement sur la modalité visuelle, mais aussi comme une modalité motrice et que cela laisse une trace plus grande dans la mémoire. Ses écrits débattent sur une expérience réalisée en 1998, par Feyereisen qui dit des expressions accompagnées de gestes pertinents plutôt que de gestes impertinents, étaient retenus beaucoup mieux par un groupe d’adultes.

 

 

Dans l’ouvrage Reactivation Of Physical Motor Information In The Memory Of Action Events, les scientifiques sont allés en 2002, encore plus loin que les études d’observation, et ont évalué l’activité du cerveau. Ils ont remarqué, une activité plus forte dans la région motrice durant des tests de reconnaissance de mots étudiés via le codage adopté qui implique la réalisation de l’action de la phrase.

 

Comment les gestes peuvent exactement aider à apprendre ?

 

Selon Clark and Paivio, les mouvements et les actions ajoutent du concret et de l’imagerie à l’information verbale et contribuent à une meilleure représentation et compréhension du savoir. Dans How Our Hands Help Us Learn, les auteurs suggèrent que les gestes nous enlèvent quelques éléments du travail d’apprentissage, laissant nos cerveaux concentrés sur la mémorisation du vocabulaire. Ils affirment aussi que la gestuelle aide à mettre des mots dans un contexte qui est spécifique à l’orateur ou à son monde. Un individu prendra facilement du temps à mémoriser le mot « marcher » après l’avoir lié à un souvenir personnel en train de faire l’action de marcher.

Vanessa Van Edwards, un auteur du comportement humain et oratrice captivante, enseigne les autres sur l’utilisation efficace des gestes. Elle résume ici la manière dont la gestuelle aide à étudier une langue étrangère. En parallèle, nous recommandons vivement de visiter son site internet afin d’apprendre plus sur ses théories et les manières dont vous pouvez les appliquer lorsque vous communiquez avec les autres.

 

 

La gestuelle est un élément majeur dans nos classes

 

En tant qu’étudiant adulte, il peut parfois sembler ridicule de tenir un téléphone imaginaire dans nos mains et d’écrire avec un stylo imaginaire. Cependant, comme le prouve un grand nombre de recherches disponibles sur ce sujet, LV Linguistics insiste sur cette approche qui est extrêmement bénéfique.  Quand nos étudiants font de la gestuelle, ils se mettent mentalement dans des situations mémorables pour eux. Par exemple, quand ils essaient de mémoriser une phrase « write a report », ils reviennent au moment où ils étaient au bureau en train d’écrire un rapport important à leur manager. Fondamentalement, nous croyons que les gestes aident les étudiants à mettre du vocabulaire en contexte et permettent de s’en souvenir plus facilement parce qu’ils le lient avec une expérience réelle.

consequat. vel, Donec mattis accumsan venenatis, Aenean at luctus felis ipsum