99% des cadres interrogés déclarent avoir utilisé l’anglais dans leur fonction

99% des cadres interrogés déclarent avoir utilisé l’anglais dans leur fonction

Ce n’est plus un secret, la connaissance de l’anglais est un outil non négligeable en milieu professionnel. Si vous aviez encore des doutes sur ce point, voici une enquête réalisée par Cadremploi auprès de plus de 2 000 cadres qui devrait finir de vous convaincre.

Cette enquête montre que l’anglais est LA seconde langue à connaitre pour les professionnels. En effet, plus de 86 % des cadres interrogés déclarent avoir déjà utilisé une langue étrangère dans l’exercice de leur fonction et pour 99 % d’entre eux cette langue était l’anglais. Il est donc primordial d’apprendre l’anglais surtout que, toujours selon cette enquête, plus de la moitié des sondés ne se sentaient pas confortable à l’idée d’avoir une conversation orale en anglais. En revanche, ils sont plus à l’aise à l’écrit vu que 67 % d’entre eux se déclarent capable d’échanger à l’écrit. Mais une simple maitrise de l’écrit est bien souvent insuffisante comme le dit Julia Diallo, responsable pédagogique pour les adultes au British Council, dans un article publié par le journal 20Minute, «Dans les entreprises internationales, les salariés ont tendance à se cacher derrière les emails pour communiquer. Ils font leur maximum pour éviter de parler en anglais. Mais un beau jour, ils doivent accueillir des collègues anglophones ou participer à une vidéoconférence. Et là ils sont au pied du mur

Le sondage met également en avant qu’une bonne pratique de l’anglais est indispensable lors d’un entretien d’embauche voir même avant. La moitié des interrogés considèrent leur niveau d’anglais comme un frein à leur embauche ou à leur carrière. Mais même avant cela la maitrise de l’anglais est un problème puisque 63 % des cadres déclarent que le niveau linguistique demandé par une offre d’emploi est un frein à leur candidature. De plus, 67 % ont déjà dû s’exprimer en anglais pendant leur entretien d’embauche mais seulement 21 % des sondés se sentent suffisamment préparés pour cet exercice.

Ca créé des coupures et ce genre de situation peut également être générateur de stress.

Le dernier point important que soulève cette enquête est que 60 % des interrogés considèrent qu’une formation serait un atout pour trouver un travail ou pour évoluer au sein même de leur entreprise. Une mauvaise connaissance de l’anglais peut aussi être un facteur de stress c’est ce que Jean-Christophe Sciberras, président de l’Association nationale des directeurs de ressources humaines française, confiait au Figaro « Les plans de formation en langues sont un levier pour diminuer le stress au travail. Lors des réunions, il suffit qu’une seule personne ne parle pas français, et on est obligé de switcher en anglais. Si deux ou trois personnes comprennent mal l’anglais, elles ne vont pas intervenir, ou n’oseront pas dire qu’elles ne comprennent pas. Ca créé des coupures et ce genre de situation peut également être générateur de stress. »

Pourtant, 62 % des sondés se sentent mal informés en ce qui concerne les possibilités de formation.

Alors, après avoir lu ceci, qu’attendez-vous pour joindre nos cours d’anglais ?

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.